Dentexia : les deux derniers centres lyonnais ont fermé

Les centres dentaires « low cost » Dentexia de Lyon et Vaulx-en-Velin ont fermé suite à une liquidation judiciaire, sur décision du tribunal d’Aix en Provence. Ils étaient placés en redressement depuis le mois de novembre, la qualité des soins et les normes d’hygiène étaient remises en cause.

Le centre dentaire situé à Vaulx-en-Velin
Le centre dentaire situé à Vaulx-en-Velin

Un mode de fonctionnement douteux

Dentexia se présentait sous forme d’association, fondée par Pascal Steichen. Ces centres dentaires concentraient les actes médicaux sur une seule consultation, quand ces derniers devaient s’étaler sur plusieurs rendez-vous.

Outre la qualité des soins et le respect des normes d’hygiène, le modèle d’organisation de Dentexia a été remis en cause par le tribunal. Les juges estiment que « les grands principes ayant gouverné la loi Bachelot semblent avoir été oubliés au profit d’une organisation mercantile », sur francetvinfo.

Les centres dentaires Dentexia étaient implantés dans plusieurs villes françaises, notamment à Lyon, Paris et Marseille. Si le tarif des soins prodigués pouvait être jusqu’à 50 % moins cher qu’en cabinet libéral, certains patients se sont quand même endettés. Abdel Aouacheria explique que « certains ont avancé plus de 20 000 euros et n’ont pas été soignés » dans “Le Progrès” du 5 mars 2016.

Les normes d’hygiène n’étaient pas respectées

A Lyon, le centre de la Tête d’Or avait été fermé en février dernier, les deux antennes restantes à Grange-Blanche et Vaulx-en-Velin lui ont emboité le pas. Règles de stérilisation et d’élimination des déchets non respectées, soins inachevés, paiement avant que les soins ne soient effectués… les plaintes des patients se sont multipliées ces derniers mois.

Un collectif s’est d’ailleurs formé pour dénoncer les pratiques du centre dentaire « low cost ». Le « Collectif contre Dentexia », fondé par Abdel Aouacheria, compte plus de 1 100 membres et s’est rassemblé le samedi 5 mars dernier, à l’hôtel Mercure de Lyon 3ème. M. Aouacheria et son collectif ont envoyé une lettre à la ministre de la Santé Marisol Touraine pour dénoncer « un scandale financier et sanitaire », selon “Le Progrès”.

La société Adental Holding, propriétaire des centres dentaires Dentego, avait formulé une offre de reprise de Dentexia. Le tribunal d’Aix-en-Provence a rejeté ce plan de reprise, expliquant que « l’offre ne fait pas état de la qualité des soins susceptibles d’être réservés à des patients démunis ni aux soins de premiers secours » sur lyoncapital.fr. Le tribunal justifie sa décision en affirmant que le mode de fonctionnement low cost de l’entreprise n’aurait pas été modifié en cas de reprise.

Les patients en attente de soins et ayant avancé des frais auprès de Dentexia pourront être pris en charge par d’autres centres de santé. L’avocat de Dentexia, Me Philippe Rudyard-Bessis, les rassurent : «J’ai un accord verbal de centres de santé prêts à soigner gratuitement les 500 à 800 patients en attente de soins. » (Le Progrès).

 

Info bonus : Le dentiste de l’horreur, accusé d’avoir mutilé une centaine de patients dans la Nièvre, est poursuivi par le tribunal correctionnel de Nevers. 

Dentexia : les deux derniers centres lyonnais ont fermé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>